Archives pour la catégorie Auteurs indigestes


12

Pour changer un peu, j’essaie : « Le parasite » de Ramsey Campbell roman d’épouvante…J’ai pas accroché du tout !

Le résumé dont une partie me rappelle ‘La machine » de René Belletto (idée géniale) Que s’est-il passé cette nuit-là entre Peter Grace, le fondateur de la secte, et ses disciples ? Que comptait-il faire de l’enfant qu’on lui avait amené ? Nul ne le sait. Car on retrouva le cadavre de Peter, la nuque brisée, et ses disciples s’enfuirent, soulagés qu’il ait emporté son secret dans la tombe.
La théorie était pourtant d’une redoutable simplicité : lorsqu’on est capable de quitter son propre corps par projection astrale, on peut aussi pénétrer le corps d’un autre individu, à condition de dominer sa personnalité. Un très jeune enfant, par exemple, est un excellent sujet…
Un tel individu peut-il vraiment mourir ? se demandait Rose qui se sentait étrangement impliquée dans cette sinistre histoire.  

Le parasite

Dommage, pourtant dans ce domaine j’en ai trouvé de très bons mais exceptionnels ! Comme en « Fiction », un qui n’est plus édité et que je n’arrive plus à retrouver de Philipp José Farmer « Comme une bête », vraiment excellent.

gviewdalinaissanceoeufsoleil.png

« L’été de Trapellune » de Ruth Rendell (comme quoi, il en faut pour tout les goûts…)

Résumé :

Adam et ses amis n’avaient passé qu’un été à Trapellune, dont le nom est l’anagramme de « nulle part ». Un été de désordres, de drogue, de vols. De passion aussi, avec Zozie, femme-enfant qui voulait à tout prix un bébé. Et puis, après l’assassinat, point d’orgue de cette dérive, les survivants s’étaient juré de ne plus jamais se revoir…

 

Mais, dix ans plus tard, on allait découvrir à Trapellune les squelettes d’une femme et d’un enfant.

 

Cette histoire à couper le souffle, portrait d’une jeunesse en perdition, a valu à la célèbre romancière le fameux « Golden Dagger » décerné par l’Association britannique des auteurs de romans policiers.

L'été de Trapellune de Ruth Rendell

Mon avis : Bien que le polar soit mince, l’écriture part dans tous les sens. Autant sur les descriptions de lieux que sur les personnages, on dirait qu’elle veut tellement en dire qu’elle en dit trois fois trop, c’est à s’y perdre, on ne sait plus où on est. Pour avoir lu de cet auteur : « Un enfant pour un autre » que j’avais bien apprécié, déception pour celui-ci qui mène « nulle part »…

070105summer48grenouillegigi.gif

 

Trois polars trouvés au pif, trois histoires nulles, trois auteurs qui ont pondu une médiocrité…

9782879295794divisadero.jpg   070105summer48grenouillegigi.gif Comme le titre du livre l’indique, Divisadero est une histoire double, ou une histoire duplice, deux romans en un qui en forment peut-être un seul, mais dont la réunion est si étrangement proposée qu’elle ne fonctionne pas du tout. Des deux histoires, on a préféré la première, intéressante, bien menée, et qui promettait beaucoup. La seconde (qu’on a eu du mal à identifier comme telle) ne vaut pas tripette, regorge de clichés idiots (elle se passe en France, à la campagne), est assez mal écrite et suffit à vous gâcher le bon souvenir que vous aviez du début. (Un bout de critique)

41vqr097relsl500aa240guillaumemussoetaprs.jpg  010709happytoutougigi.gifUn roman sympathique mais sans grand intérêt, qui se compose d’une multitude de clichés. L’action se passe à New York – c’est vrai que chez nous il ne se passe rien – , le héros est beau, jeune, brillant ; issu d’une classe pauvre il a su se hisser au sommet de la société etc. Comme il a l’a été dit maintes fois, les romans de Guillaume Musso font largement penser à ceux de Marc Lévy et de qui on voudra d’ailleurs, le tout saupoudré de surnaturel, de romantisme et de « frayeur ». Bref, la recette est toujours la même et pourtant elle marche. Curieusement, on se sent poussé à tourner les pages, à finir l’histoire, alors qu’elle n’a rien d’extraordinaire en soi. (Un bout de critique…)

5177q0hexwlsl500aa240.jpg s1e917fe01cbf4a4ab3adcaefc7d065ca.gif800 pages de vide pour un livre qui devrait en faire 200. Le titre, la couverture, le résumé de l’éditeur tout donne envie. Les 100 premières pages sont prometteuses du suspense, des personnages bien plantés et les pages suivantes on s’ennuie, on attend un rebondissement, une chute qui ne viendra pas, on espère, en vain. L’auteur nous noie sous les détails pour nous faire oublier le vide et le néant de son roman. (Un bout de critique)


12

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Un de nos quelques mois sombres

juillet 2019
D L Ma Me J V S
« juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Cliquez, votez pour mon blog

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

Conseils de lectures des meilleurs auteurs de polars

VENEZ JOUER A MON JEU FAVORI LE MAJONG ! ou choisissez.

Auteur: Polars/Crismelomone

peurnoire

Eve Parasite

Eve Parasite

Trafic Booster

Trafic Booster

Les meilleurs du web

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

Donnez votre avis :

Comment trouvez-vous les vidéos de Bernie ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
  • Album : Mon album fourre-tout
    <b>ellealamoucheev.gif</b> <br />

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Ici gît l’âme des commandes de mon blog

John Lenon et sa femme

John Lenon et sa femme

Coeur gravé à mort

Coeur gravé à mort

Un ange lit…

Un ange lit…

Peur bleue

Peur bleue

Tournesol magique

Tournesol magique

âme flottante…

âme flottante…

Bharat Indes

Bharat Indes

TOMBE POSTALE

TOMBE POSTALE

Au bout du fil

Musique libre

S’ils vous manquent des plugins je vous le dirais…

Nous pouvons vérifier vos plugins

journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
sandys6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE